Le long du Gange

Les Ghats

Mais que sont ces fameux ghats et à quoi servent-ils ?

​Les ghats sont un ensemble d’escaliers situés le long du fleuve sacré, le Gange

​Varanasi est l’une des plus anciennes villes du monde, mais elle est surtout connue pour sa ferveur religieuse. La ville compte une centaine de ghats au bord du fleuve sur lesquels les hindous viennent se purifier.

C’est sur ces ghats et dans le Gange que se déroulent tous les rituels religieux … offrandes, purifications, mariages, baptêmes et crémations …

​Mais on y fait également sécher sa lessive après l’avoir lavée dans le Gange bien sûr. On y dort, on y médite, on y vend tout et rien (bijoux, fleurs, thé, marijuana …)

Cérémonie

​Tous les ghats ont leur importance et il faudrait plus d’une journée pour s’intéresser à l’histoire de chacun d’eux et également aux temples qui jalonnent le parcours;

Le plus central et le plus important d’entre eux est certainement celui que l’on appelle le « Main Ghat » – Dasaswamedh ghat.

​A cet endroit, tous les soirs, un groupe de prêtes célebre la cérémonie « Agni Pooja” (Célébration du feu). On y vénère Shiva, le Gange sacré, Surya (Soleil), Agni (Feu) et l’univers entier.

​Cette cérémonie est un rituel festif censé provoquer la descente de l’énergie d’une divinité à l’intérieur d’une image la représentant ou d’un symbole.

La prière débute par le tintement d’une clochette, qui appelle la divinité. Elle se poursuit par l’offrande de fleurs fraîches, de denrées, d’encens, accompagnée de musique et de la récitation de mantra(s).

​On se laisse facilement emporter par l’ambiance, la musique, les clochettes, les mouvements de la foule, l’odeur de l’encens. Les prêtres chantent, psalmodient … la foule de pélerins mais également des touristes d’ici et d’ailleurs chantent, psalmodient, … Un moment intemporel …

Vers le Nirvana

Un autre endroit est d’une,grande importance spirituelle à Varanasi.  Il s’git du Ghat Manikarnika. Le Ghat où tout hindou veut être incinéré, avant d’être immergé dans le Gange. Des centaines de milliers de gens veulent se faire incinérer à Varanasi.  Il y a des bateaux mortuaires qui viennent par dizaines pour apporter les corps et leur famllle. Le Ghat Manikarnika est une industrie de la crémation quand on sait qu’il faut environ 3 heures pour brûler un corps plus ou moins « complètement » avant que les cendres (ou devons nous dire, le mini corps) soit immergé dans le Gange.

La grandeur de ce qui reste du corps dépend évidemment de la caste (encore et toujours) et de la richesse de l’incinéré.  Un Brahmane est riche et peut brûler le temps nécessaire.  Ensuite viennent les castes inférieures, qui brûlent moins longtemps et donc moins bien avant d’être immergés.

Même la mort a un prix.  

On nous entraîne, à l’entrée du crématorium, pour une visite des lieux (sans payer nous dit-on). La visite et les explications sont intéressantes.  Nous en apprenons encore sur la problématique des castes, de quel est le prix à payer pour être incinéré dans les règles de l’art pour avoir la chance de renaître dans une vie meilleure. L’athée que je suis est impressionnée par les rituels, l’ambiance, la chaleur, l’odeur particulière du bois de santal utilisé car distillant une meilleure odeur.   

​Dans tous ces rituels, on laisse l’appareil photo au placard.  Interdit quand il y a des crémations en cours et Dieu sait qu’il y en a tout le temps. Manikarnila est une usine … Jusque 300 corps par jour sont brûlés jour et nuit.

​Nous apprenons que tout le monde n’est pas logé à la mêle enseigne face à la mort … tout le monde n’a pas le droit au bûcher salvateur : les femmes enceintes, les bébés, les morts par poison, les lépreux … 

​Nous étions surpris qu’aucune femme n’assiste aux cérémonies … le légende dit que leurs larmes seraient un obstacle à la libération.  Le guide nous dit qu’ils veulent éviter que les femmes se jètent sur le foyer du défunt. Et de fait, il n’y a aucune femme !

​Autour du Ghat, nous découvrons des « maisons de la mort ».  Des endroits où les plus pauvres viennent attendre la mort pour être incinérés à Varanasi.  Il s’agit de maisons créées à l’initiative des petites soeurs de la charité.  Ils vivent de ce que les plus riches et surtout les touristes, veulent laisser en donation.  Notre visite s’est terminée sur cet endroit ! Le guide ne nous demandait rien pour sa visite, mais l’on s’attendait à ce qu’on laisse l’équivalent en roupies de quelques kilos de bois pour les plus démunis.

Espérons que d’ici quelques années, on ne monnaye pas le prix d’une photo des morts.  

En conclusion, Varanasi est l’endroit où tout hindou veut terminer sa course.  C’est l’endroit le plus saint où il peut espérer atteindre le Nirvana, où il peut espérer avoir satisfait à tous ses devoirs, où il peut espérer avoir fait en sorte que son kharma lui permette, en but ultime, d’arrêter le cycle des réincarnations. 

​Il est un endroit à Varanasi, nettement moins spirituel que le ghat Manikarnika.  Des ghats à l’opposé de celui-là.  Un ghat que l’on découvre en bateau, lors de notre sortie du matin.  C’est évidemment nettement mojns spirituel.  Nous apprenons qu’il est principalement réservé aux indigents, aux criminels, aux suicidés. des catégories de gens qui ne méritent pas toute la spiritualités de la crémation sur les bûchers …

​Quoiqu’il en soit et quelques soient mes croyances, l’endroit est impressionnant pour l’athée que je suis 🙂 mais ouverte à de nouvelles découvertes. 

Articles associés

1-4 résultats sur 7

Charger plus

Pin It on Pinterest

Share This